X
GO
Le Blogue
04

Compte rendu du forfait de pêche de deux jours 4 nuits en compagnie de Daniel Robitaille au Lac des 31 milles

publié le
Compte rendu du forfait de pêche de deux jours 4 nuits en compagnie de Daniel Robitaille au Lac des 31 milles

Dans un château de Lac des 31 Milles

Cette année, c’est un peu spécial, pour la 4e année que Daniel Ribitaille nous offre deux jours de pêche à un gagnant de la campagne d’adhésion, c’est la première fois que nous nous rendons dans un lieu un peu moins sauvage. C’est également la première fois que nous voyageons dans chacun notre véhicule. Pas à cause du COVID-19, mais parceque j’apporte mon propre bateau qui servira pour le tournage de deux émissions Leurre Juste à la suite du forfait.

Cette année, nous nous rendons au Lac des 31 Milles à Bouchette. Un énorme merci à la firme Châteaux du Lac – 31 Milles qui nous a offert en commandite leur plus beau et plus grand chalet. Le chalet Émile est construit sur trois étages, il possède deux cuisines complètes et deux énormes salles à manger intérieures et bien sûr, un grand patio extérieur où est située la deuxième cuisine complète. Il est donc à préciser qu’il n’était pas difficile de respecter les distanciations dans ce château aux grands espaces pour un groupe de 4 personnes.

Chalet Emile

Mois et Daniel arrivons le lundi matin de la fête du Travail par un temps pluvieux et nous faisons de la prospection en attendant notre gagnant Claude Lajoie qui sera accompagné de son père Roland de Saint-Ambroise dans la région Saguenay – Lac-Saint-Jean qui arriveront en début de soirée.

À notre arrivé, nous rencontrons le propriétaire des lieux à son chalet où se trouve une rampe de mise à l’eau privée pour les locataires de chalets et de grands espaces pour y stationner nos remorques de bateau le temps de notre séjour. Monsieur Raymond a été d’une grande gentillesse et nous a raconté un bref historique des lieux. Il nous a par la suite, accompagnés au chalet Émile où deux femmes de ménage et un majordome s’affairaient à rendre les lieux des plus propre et accueillant.

Dès que le chalet est disponible, nous vidons nos glacières dans les deux réfrigérateurs pour ensuite  mettre le bateau de Daniel à l’eau et commencer la prospection des différents spots qui nous ont été indiqués par le guide de pêche local Serge Gauthier qui commandite l’APSQ depuis quelques années. L’eau du lac des 31 Milles est d’une limpidité incroyable.

La prospection

Nous décidons de prospecter le secteur à proximité du chalet, le majordome nous a indiqué qu’il y avait de la truite grise et du corégone. Nous remarquons rapidement de très nombreux bancs de poissons-fourrage. Les poissons ne manquent certainement pas de nourriture. Après une dizaine de minutes de prospection à l’aide des performants échosondeurs Garmin, nous remarquons un petit groupe de poissons entre 40 et 60 pieds de profondeur. Nous décidons de descendre des jigs à leur profondeur. À l’aide de la sonde panoptique, nous pouvons observer facilement la progression de nos jigs vers les abîmes et voir la réaction des poissons à l’approche des jigs. Avant même que nous atteignions leur profondeur, certains poissons remontaient observer nos jigs et redescendaient aussitôt. Nous faisons évoluer nos jigs dans les profondeurs où sont situés les poissons pendant une dizaine de minutes et finalement l’un d’eux attaque mon jig. C’est vraiment impressionnant de pouvoir visualiser la réaction des poissons et de voir l’attaque du poisson en direct. Je remonte le poisson à la surface et nous remarquons immédiatement que ce n’est pas l’espèce visée. Il s’agit d’un corégone d’environ 2 à 3 livres. Comme le corégone fait partie de la famille des salmonidés et que j’ai toujours voulu savoir ce que ça goûtait, je décide donc de le mettre dans le vivier et nous changeons de secteur pour cibler la truite grise.

Corégone

Nous parvenons à cibler plusieurs fois des regroupements de poissons à des profondeurs de 40 à 70 pieds, mais nous n’avons pas de succès à la jig. Nous décidons d’essayer au downriger avec une cuillère 40 pieds derrière le boulet. Il est très facile d’observer la profondeur de nos boulets sous le bateau et remarquons que plusieurs poissons fuient vers les profondeurs à l’approche de ceux-ci. La technique de pêche que la plupart des gens utilisent ici est la ligne plombée ou la monel. Ils laissent sortir 200 à 300 pieds de ligne derrière le bateau afin de faire évoluer la cuillère à la bonne profondeur. La grande distance aide à faire oublier le passage du bateau dans des eaux limpides.

Devant notre insuccès à la truite grise, nous décidons de rechercher quelques spots pour l’achigan. Ce n’est pas très long que nous fassions quelques captures à proximité de la rive. Vers dix neuves heures, nous rentrons au chalet pour préparer à souper en attendant l’arrivée de notre gagnant et son père. Ils arrivent seulement quelques minutes après que je sois monté pour préparer le souper et que Daniel toilait le bateau. Je discutais avec Claude et Roland lorsque nous entendons un cri sourd suivi d’un gros plouff. En m’approchant de l’extrémité du balcon, j’aperçois Daniel nager vers la rive. Il a perdu l’équilibre en attachant le dernier bouton-pression de la toile sur le coin extérieur arrière du bateau. Il est rapidement monté, salué Claude et Roland et est allé prendre une douche chaude et se changer.

Première journée de pêche

Pour notre première journée de pêche, nous décidons de commencer par la truite grise. Nous réussissons à capturer quelques spécimens qui ne faisaient pas la limite permise qui est de 55 cm sur le las des Trente et un Milles. Après le dîner, nous décidons d’essayer la pêche de l’achigan, c’est une pêche qui n’est pas habituelle pour des gars du Saguenay – Lac-Saint-Jean. Roland, le père de Claude à beaucoup de succès avec la technique Wacky et impressionné par la combativité des achigans. N’appréciant pas la technique du Wacky à cause de sa lenteur, je décide d’installer un tube sur ma ligne a pêche. Pendant que Daniel et Roland capturaient des poissons à répétition, je m’acharnais avec mon tube de couleur vert olive. Après un changement de secteur, je capture finalement un bel achigan à grande bouche. Nous terminons la journée à la brunante le long d’une rive escarpée où Claude et Daniel capturaient de nombreux minuscules petits achigans.

Achigan à grande bouche

Pour notre première journée de pêche, la météo n’était pas très clémente. Il faisait froid et le temps était couvert avec quelques périodes de pluie légère. Moi et Daniel avons profité du spa pour nous réchauffer en début de soirée.

Spa

Deuxième journée de pêche

Pour notre deuxième journée de pêche avec Claude et Roland Lajoie, la météo était beaucoup plus clémente. Nous avons eu droit à plus d’ensoleillement et le mercure oscillait autour de 14 degrés Celsius. Nous commençons la journée à la truite grise. La journée précédente, nous avons attrapé quelques petits spécimens qui bien souvent, nous nous en apercevions lorsque l’on remontait les lignes. Il semble que les plus jeunes touladis sont plus téméraires que les plus âgés. Comme il y a énormément de bancs de poissons-fourrage, Daniel installe une ligne avec un poisson-nageur Berkley Cutter 90+ au dos bleu et laisse plus long de ligne derrière le boulet. Il installe également une tricheuse avec une cuillère dans les teintes d’argent et de bleu.

Il n’a fallu que quelques minutes pour que nous capturions un spécimen de taille respectable qui mesurait 10 cm de plus que la limite permise. Nous croyons bien avoir trouvé la bonne recette pour déjouer les plus gros Touladis. Malgré cette première capture digne de mention, il semble que les truites grises ne sont pas affamées. Après quelques heures à ratisser le secteur, nous décidons d’explorer différents secteurs à la recherche d’achigans de taille respectable. Roland et Claude sont bien heureux de faire plusieurs captures et apprécient la combativité des achigans. D’autant plus que l’achigan n’est pas très rependu dans la région du Saguenay – Lac-Saint-Jean. Nous retournons au chalet pour le dîner en milieu d’après-midi.

Daniel Robitaille a prévu de tourner deux émissions Leurre Juste à la suite de notre forfait pour l’APSQ. Les deux caméramans sont arrivés pendant que nous étions en train de préparer notre dîner. Donc, le plan de match pour terminer le séjour de nos deux gagnants est que j’aille mettre mon bateau à l’eau et que j’amène Alain et Olivier à la pêche à l’achigan pour terminer la journée.

Je me dirige vers un secteur qui avait été productif en après-midi avec la technique Wacky et installe nos deux caméramans un Senko. Il n’a fallu que quelques minutes pour qu’Olivier se mette à crier. C’était la première fois qu’il pêchait l’achigan, peut-être la première fois qu’il pêchait point, il était très excité, vu la combativité du poisson. Ce n’était pas un très gros poisson, mais il a offert un très bon combat. Il fallait immortaliser ce moment en prenant une photo et Olivier était très fier de tenir le poisson par la bouche malgré un léger dégoût.

Une finale émouvante

Environ une heure plus tard, Daniel se dirige vers notre embarcation et nous annonce que Claude et Roland ont capturé les trois truites grises pour compléter leur limite permise. La technique expérimentée en matinée a été profitable. Daniel m‘a confié une fois de retour au chalet que Claude avait laissé son père Roland ramener toutes les prises au bateau et il filmait son paternel très heureux d’attraper des poissons. Claude était très émotif pendant qu’il filmait son père et laissait s’écouler quelques larmes de joies. Pendant le souper, Claude nous a montré le vidéo d’une capture que Roland effectuait. Je luis dit : « Tu ne t’es pas filmé pendant que tu filmais? Supposément, tu étais très émotif. » Il n’a pu retenir ses larmes pendant que le vidéo jouait.

Dernière soirée

Merci !!!

Encore une foi, ce fut un séjour de pêche très agréable en compagnie d’invités hors pair. Merci, Daniel Robitaille de nous permettre de vivre ces moments de pur bonheur.

Merci également à monsieur Alain Raymond, président et propriétaire de Châteaux du Lac – 31 Milles, il a été d’une grande gentillesse. Nous avons été très bien accueillis à notre arrivée et les employés d’entretiens sont venus nous rencontrer à plusieurs reprises afin de s’assurer que tout allait bien. Vous désirez passer des vacances de rêve dans un lieu paradisiaque au Québec, c’est sans aucun doute l’endroit où aller.

Par Stéphan Bourgeois, président de l'Association des Pêcheurs Sportifs du Québec

| Catégories: | Tags: | Nombre de vues: (250) | Retour
10.00 ( 1 reviews)

Publier un commentaire